s

Informations permanentes du site

Appel des cercles de silence au nouveau gouvernement

Créés il y a près de 5 ans pour protester contre l’enfermement des étrangers dans des centres de rétention administrative (CRA) au seul motif que ces étrangers se retrouvent dans une situation d’irrégularité administrative, les cercles de silence sont une expression non violente de citoyens isolés ou soutenus par des dizaines d’associations, organisations ou collectifs locaux ou nationaux.Ils regroupent chaque mois dans 174 villes de France, des milliers de personnes qui manifestent en silence durant une heure.


Les centres de rétention administrative sont de véritables prisons où les retenus, enfermés sans jugement, deviennent "vulnérables" et ont de graves difficultés à faire respecter leurs droits. Les expulsions ont créé des situations familiales inextricables : enfants en centre de rétention, familles disloquées, personnes expulsées dans un pays où ils courent de graves dangers….
Le président de la république a changé, la majorité de l’assemblée nationale aussi …..Mais c’est toujours la législation sur les étrangers durcie par l’ancienne majorité qui s’applique.

Nous appelons à un changement de la loi en profondeur avec un souci de justice visant à ne pas compromettre l’avenir de tous ceux qui n’ont d’autre choix que de se retrouver en exil dans notre pays.

En attendant ce changement de la loi, conformément aux engagements pris par le nouveau président avant son élection, « je veillerai à ce que chaque migrant, quelle que soit sa situation, soit traité avec dignité, dans le respect de ses droits fondamentaux», nous demandons instamment que les mesures suivantes concernant tout le territoire français soient prises de toute urgence afin que la machine administrative et policière cesse de broyer� des existences.

- mettre fin aux objectifs chiffrés en matière d'expulsion qui font voler en éclat les règles qui garantissent les libertés individuelles

- rompre (comme le permet la directive européenne dite « directive retour » ) avec la logique d’enfermement systématique des étrangers et en premier lieu des familles et privilégier des mesures alternatives plus justes et humaines

- instaurer un moratoire sur les expulsions dans l’attente de la nouvelle loi

- traiter le droit d'asile là où se situe la compétence sur la situation à l’étranger

Ces mesures peuvent être prises très rapidement préfigurant une évolution dans la manière de considérer l’étranger.

Le changement, ce doit être dès maintenant

« Au début ils vous ignorent, ensuite ils vous raillent, puis vous combattent, mais à la fin c’est vous qui gagnez. » - Mahatma Gandhi

Avec ou sans papiers, l’étranger est une personne.
La dignité de chaque personne ne se discute pas, elle se respecte.
Notre silence le crie.
 
Voir ici pour signer la pétition en ligne


Envoyez ce texte tel quel ou avec vos amendements à vos élus locaux ou à :

http://www.elysee.fr/ecrire/premier-ministre@cab.pm.gouv.frmanuel.valls@interieur.gouv.fr


Informations permanentes (suite)

Infos de la colonne 2 du modèle


Informations permanentes (suite)

Zône de saisie de la page modèle

Cercle de Silence de LYON


    Le tract du mois...


Les Cercles Lyonnais se multiplient!
 

Nos amis du Cercle de Silence de Rillieux-La-Pape nous ionforment de leurs activités.
 

Allez visiter les pages du cercle de RILLIEUX!



Quelques informations sur les actions prévues prochainement autour des Cercles :


Images du cercle lors de la séance de rentrée le 11 septembre 2019











 

en-t%uFFFDte du tract

 

Nous portons en nous certaines interrogations qui se rattachent au problème de la Migration.

Ainsi :

- nous savons que le désir ou l’obligation de migrer vers d’autres terres est un constitutif de l’humanité qui a construit notre Histoire. Il en résulte un devoir d'accueillir les personnes ayant mis leur espoir dans le risque de la migration en respectant la dignité de l'homme, les droits humains de base ;
-
nous savons que les causes des migrations sont multiples, mais nous reconnaissons qu’actuellement le respect d’une économie équitable serait une des premières réponses à apporter.  En effet, un commerce mondial juste éviterait la nécessité, pour certains, de quitter leur pays (terre de leurs pères) contre leur gré, pour des raisons économiques.

Ces questions migratoires, bien ciblées, entrent dans la réalité lyonnaise. Elles peuvent nous inciter à réfléchir et à agir avec d’autres…

 

Au nom du respect de tout homme, nous espérons :

  •    des conditions de vie qui permettent un bon dialogue donnant à comprendre les raisons de migrer hors de la terre de ses ancêtres ;
  •    la recherche d’une politique intelligente de régularisation des étrangers qui sont sur le territoire, c’est-à-dire une politique qui ne soit pas fondée sur la culture de la peur de l’autre, de l’étranger (devenu bouc émissaire), pour des raisons électorales à court terme.

Et nous souhaitons qu'il n'y ait :

  •    pas de politique du chiffre en matière d'expulsion du territoire ;
  •    pas de contrôle d’identité au faciès ;
  •    pas d’arrestation tôt le matin, au pied du lit, ou n’importe quand dans la journée ;
  •    pas d’expulsion détruisant les liens familiaux ;
  •    pas de rétention systématique dans des lieux d’enfermement ;
  •    pas de prolongement de la durée de séjour dans des centres de rétention administratifs.

 


IMMIGRATION ! Ensemble, prenons conscience
 
de ses causes profondes ; combattons-les !

Tous, nous espérons, par notre présence, dire l’essentiel de l’humain. Pour
certains, leur engagement se fonde sur les valeurs évangéliques.

 
 

      

Rendez-vous : Place de la Comédie - Hôtel de Ville côté est,

18 h 30 – 19 h 30 :             La place desTerreaux est en travaux

 


     11 décembre  2019; 8 janvier; 12 février 2020

Merci de rester informé-e sur la démarche des cercles de Silence et de  transmettre, largement, ces informations autour de vous.

 

 

 
Nous en appelons à la conscience de tous et vous
invitons à rejoindre le cercle de silence.


Tous, nous espérons, par notre présence, dire l’essentiel de l’humain. Pour certains, leur engagement se fonde sur les valeurs évangéliques.
 

 
 
 « Fluidifier » l’hébergement : où, comment demander
 
aux précaires de devenir liquide !

 
La Préfecture du Rhône avait annoncé une refonte de l’hébergement d’urgence dangereuse ! À l’appel du collectif de travailleurs sociaux « hébergement en danger », les travailleurs sociaux ont mené une journée de manifestation et de grève le 28 novembre !
 
À l’issue, le ministre du Logement a finalement demandé au préfet de surseoir à cette réorganisation. Alors que la loi prévoit que « toute personne sans abri en situation de détresse médicale, psychique ou sociale a accès, à tout moment, à un dispositif d'hébergement d'urgence sans condition, jusqu’à trouver un hébergement stable » (art. L345-2-2 et L 345-2-3 du Code d’Action Sociale et des Familles).
 
Le projet de la préfecture envisageait la suppression de 2 000 places d’urgence par l’instauration de modalités d’accès restrictives (femme enceinte de plus 6 mois, parent avec enfant de moins d’un an, maladie grave en phase terminale) et des évaluations tous les 2 mois conditionnant le maintien d’hébergement menées par les professionnels.
 
Face à cela :
-     Rien sur les manques de places d’hébergement d’urgence (malgré l’augmentation du               nombre de places)
-     Rien sur l’augmentation de la pauvreté et des difficultés sociales
-     Rien  sur  les  politiques  restrictives  d’accès  au  séjour  qui  fabriquent  des  étrangers           irréguliers et précarisés
 
Entre le 18 et le 24 novembre, la Maison de la veille sociale (MVS) dénombrait 2 619 personnes qui ont appelé le 115 et ne trouvaient pas de places d’hébergement.
 
D’un  côté,  l’État  fabrique  des  personnes  précaires  dans  leur  accès  aux  droits  sociaux élémentaires, au droit à la santé, au droit au séjour. De l’autre, il demande à des travailleurs sociaux de renier leur éthique.

 

Atelier Justice-Paix-Intégrité de la création de la Famille Franciscaine ; Antenne lyonnaise de la Fédération Protestante de France ; Cimade ; Mouvement pour une Alternative Non-violente (MAN) ; Pastorale des migrants et personnes itinérantes, Eglise catholique ; Pax Christi ; Comité protestant de la Duchère ; Fédération de L’Entraide Protestante ; A.C.O. (Action Catholique Ouvrière) du Rhône et du Roannais ; Equipe Mission de France "Lyon-Nord-Est" ; Petites Soeurs de l'Assomption ; Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement (CCFD-Lyon) ; Centre Culturel Œucuménique Jean-Pierre Lachaize (CCO) ; Vie Nouvelle-Lyon ; Union Juive Française pour la Paix (UJFP) ; section PS 1er et 4ème Arrond. de Lyon ; Soeurs de la Compagnie Marie Notre Dame ; Yves Bernin de la paroisse Saint-Benoît, Bron ; Roger-Michel Bory, Fédération Protestante de France ; Michel Durand de la Paroisse Saint-Polycarpe, Lyon ; Gilles Vadon de la Paroisse Saint-Augustin, Sainte Elisabeth, Lyon ; Jacques Walter, pasteur ; Jean Bernard de la paroisse de La Sainte-Famille ; Jean Lacombe, prêtre ; avec le soutien de RESF.

http://www.cercledesilence.fr/ Si vous souhaitez…
- relayer  largement autour de vous cet "Appel à la conscience de tous…"
Merci de communiquer vos coordonnées (adresses, tél. et courriel)

Télécharger le tract au format .pdf

 


 
 

Haut de page